Climat: les messages alarmistes ont un effet boomerang

Source : L'Express  ›  Lire l'article original

Deux chercheurs nord-américains montrent que l'utilisation permanente depuis des années d'adjectifs toujours plus effrayants par les médias, les organisations militantes et les politiques provoquent à la longue des réactions de rejet, notamment dans le camp des attentistes. Dans une étude publiée par la revue Climatic Change, deux chercheurs de la Toronto Metropolitan University (Canada) et de la California State University (États-Unis), Eugene Y. Chan et Jack Lin, montrent que les prophéties apocalyptiques finissent pas irriter, lasser et même provoquer des réactions hostiles à l'action climatique. A force d'entendre répéter depuis 20 ans, les termes de «menace existentielle», «maintenant ou jamais», «point de bascule», une partie de l'opinion finit par tout rejeter en bloc.

Publié le 16 juillet 2022 à 21h43

Ecologie › écologie punitive

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter