Paris, ville fantôme

Source : Contrepoints  ›  Lire l'article original

Des quartiers entiers sont sinistrés, avec 1097 boutiques d’équipements de la personne et 283 commerces culturels fermés depuis 2017. Des cabinets de professions libérales quittent Paris. La seule activité qui prospère, ce sont les 660 nouveaux bars et bistrots ouverts en net depuis 2017 qui profitent aujourd’hui de la privatisation sauvage des rues.

Publié le 22 décembre 2021 à 03h33

France › Paris

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter