Universités: Frédérique Vidal se moque du monde et assure avoir réglé le problème de l'islamo-gauchisme

Source : Valeurs actuelles  ›  Lire l'article original

En février dernier, un débat était né au sein des universités lorsque la ministre de l’Enseignement supérieur avait évoqué la gangrène provoquée par l’islamo-gauchisme dans les établissements. Huit mois après, Le Huffington Post a indiqué le 15 octobre que Frédérique Vidal était revenue sur ses propos à la suite d’une question d’un journaliste de Franceinfo sur le sujet. « Au travers de tout de ce que ces quelques secondes ont généré, on a remis du débat et de la discussion dans les établissements », a-t-elle assuré. Après avoir demandé au CNRS de mener une enquête sur ce fléau, qui avait d’ailleurs été refusée, Frédérique Vidal avait créé la polémique et divisé la société en deux camps. La ministre avait même dû se battre contre des appels à la démission par plus de 600 universitaires, scientifiques et chercheurs, mais elle a tenu bon. Et aujourd’hui, elle s’en félicite. « Je crois que ce débat a été salutaire parce qu’à l’université, de nouveau, on a une liberté d’opinion », a-t-elle déclaré.

Publié le 17 octobre 2021 à 10h33

France › universités

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter