Liban : l'enquête sur l'explosion du Beyrouth fait resurgir le spectre de la guerre civile

Source : Marianne  ›  Lire l'article original

Depuis le 14 octobre au soir, à Beyrouth, les barrages qui séparent le quartier chrétien de Ain El Remmaneh à celui, chiite, de Chiyah, ont fait leur retour. Au même endroit, pendant la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990, la ligne de démarcation indiquait la frontière entre Beyrouth-Est et Beyrouth-Ouest. Depuis hier, jeudi soir, seul le moteur des blindés de l’armée libanaise résonne dans les rues. Omniprésents, les véhicules militaires bouclent les quartiers.

Publié le 17 octobre 2021 à 16h15

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter