Adidas-Crédit Lyonnais: après la mort de Bernard Tapie, les affaires se poursuivent

Source : Marianne  ›  Lire l'article original

De son vivant, il n’avait entendu pareilles louanges dans une enceinte judiciaire. Il est 9 heures au Palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité. Alors qu’à deux pas, boulevard Saint-Germain, se prépare la messe parisienne en l’hommage de Bernard Tapie, la salle d’audience de la cour d’appel est pleine. Une vingtaine d’avocats font face aux trois magistrats qui devaient rendre ce 6 octobre au matin leur décision dans l’affaire d’escroquerie Adidas, revendu par le Crédit Lyonnais en 1993.

Politique › justice politique

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter