L’hôpital public ne pourrait pas tenir sans les médecins étrangers, souvent maghrébins

Source : Marianne  ›  Lire l'article original

Face à l’engorgement des services d’urgences, dont certains sont contraints de fermer partiellement faute de personnel, les hôpitaux recrutent de plus en plus de médecins à diplôme étranger (hors UE). En l’espace de quinze ans, leur nombre a triplé. Liban, Syrie ou Vietnam sont d’importants pourvoyeurs. Mais le gros des troupes vient d’Algérie et de Tunisie. La demande à l’hôpital public français augmentant d’année en année, es filières se sont mises en place, avec même des recrutements par des boucles WhatsApp de médecins tunisiens, algériens… En moyenne, pendant leurs deux premières années en France, ces médecins à diplôme étranger hors Union européenne sont rémunérés 1 400 € par mois, selon les grilles délivrées par le ministère de la Santé. Un salaire auquel s’ajoute bien souvent la rémunération des gardes en complément.

Publié le 7 juin 2022 à 14h16

Santé › hôpitaux

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter