En Afrique du Sud, huit ans de prison pour avoir violé un chien

Source : Courrier International  ›  Lire l'article original

Une association de protection des animaux a obtenu une condamnation historique en Afrique du Sud après un an et demi de bataille judiciaire. Le juge a estimé qu’“aucune distinction ne doit être faite entre le viol d’un animal et celui d’un être humain”. C’est une affaire peu banale qui a fini par se hisser dans les colonnes des journaux les plus sérieux d’Afrique du Sud. Fin avril, un tribunal de Roodeport, près de Johannesburg, a condamné un homme à huit ans de prison pour avoir violé un chien. Une peine d’une sévérité inédite dans le pays, souligne l’hebdomadaire Mail & Guardian, qui raconte la longue bataille judiciaire d’une famille de Soweto déterminée à ne pas laisser le crime impuni. L’affaire remonte à 2020. Un soir de novembre, Fred Sithole est réveillé par un voisin qui l’alerte de la présence d’un homme dans son jardin. Le père de famille surprend l’individu au côté d’un chiot qu’il vient d’offrir à sa fille de 15 ans. Escorté par des habitants jusqu’au commissariat, l’homme est relâché quand les policiers refusent d’enregistrer la plainte. “Ça nous a choqués […] Pour eux, c’est juste un chien”, raconte le propriétaire de l’animal dans le Mail & Guardian. Dix-huit mois de bataille Dans la foulée, il emmène le chiot dans une clinique vétérinaire associative. Fondatrice de Claw (Community Led Animal Welfare), Cora Bailey lui fait la promesse “d’obtenir justice” et le met en garde sur le risque de voir l’homme qui s’est attaqué à son animal s’en prendre à des individus vulnérables, comme les enfants.

Publié le 26 mai 2022 à 11h21

Société › Faits divers

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter