Gap. Cocaïne, cannabis : il vendait chez lui et à la terrasse d’un bistrot

Source : Le Dauphiné Libéré  ›  Lire l'article original

Amor Khezami, a été jugé en comparution immédiate par le tribunal judiciaire de Gap ce vendredi 13 mai. Pourtant, une enquête préliminaire pour trafic de stupéfiant a été ouverte à son encontre dès mai 2021, il y a quasiment un an jour pour jour à la suite « de renseignements précis » transmis aux forces de l’ordre. Mais il a fallu attendre janvier 2022 pour que l’enquête prenne un nouveau tournant. « Les policiers interviennent à Gap pour un différend conjugal. Le mari va spontanément remettre 1,5 g de cocaïne aux forces de l’ordre en indiquant que sa femme consomme. Concernant les modalités d’approvisionnement, Il va donner le surnom et le portable d’un habitant du quartier de Molines », détaille Sophie Boyer, présidente du tribunal. Les policiers gapençais font le lien avec Amor Khezami. Des interceptions téléphoniques et des surveillances sont mises en place avec l’accord d’un juge. « On assiste à des scènes où des personnes ne restent que quelques minutes avec vous, à la terrasse d’un bar ou à proximité de votre appartement. Il y a aussi des messages où on parle de “café”, de “thé”, de “tablette”. Tous ces gens échangent des choses entre eux », résume Sophie Boyer, en s’adressant au prévenu.

Publié le 19 mai 2022 à 06h29

Société › Faits divers

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter