Piqûres en boîte de nuit : une énigme judiciaire entre angoisses et rumeurs

Source : Marianne  ›  Lire l'article original

Pour Flora, les premiers symptômes ont commencé à se faire sentir vers 5 heures du matin, ce dimanche 17 avril. Cette monitrice d’équitation de la Haute-Saône venue assister au festival électro lyonnais Reperkusound a d’un coup la tête qui tourne et des grosses crampes. « Le lendemain, au réveil, j’étais tétanisée », confie à Marianne, désemparée, cette femme de 27 ans qui « ne boit pas et ne se drogue pas ». Après avoir émergé, elle découvre une tache suspecte sur sa cuisse. Une suspicion de piqûre, rapporte un médecin de l’hôpital de Lure. Ce qui a valu à Flora, qui n’avait rien senti de particulier durant le concert, un traitement médicamenteux lourd en prévention d’une éventuelle infection du VIH ou d’une hépatite.

Publié le 6 mai 2022 à 12h24

Société › Faits divers

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter