Omicron, un alibi facile à la faillite des services publics