Valérie Pécresse, la droite molle dans le piège Macron