Le football français gangréné par la violence

Il ne se passe plus une semaine sans qu'un stade de football ne soit le théâtre d'affrontements, de violences, de saccages. Le forces de l'ordre, les clubs, la fédération, la ligue semblent totalement impuissants. L'interdiction de déplacement des supporters n'y fait rien. Ces derniers sont à l'image de la société, ils sont dans la révolte permanente contre les dirigeants, les joueurs, les adversaires et rivaux locaux. Le football est devenu le réceptacle de la tribalisation de la société et un défouloir, un de plus, pour des jeunes accoutumés à la violence et à l'impunité.

Sport › violence

Lenouveaujournal.fr utilise des cookies pour améliorer votre expérience et nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de ces derniers. En savoir plusAccepter